DSCF2001___Copie

Mao peut rester tranquille, ses petits soldats font bien le boulot.

Le week-end dernier, j'ai eu la chance de passer quelques jours sur Pékin. A quelques jours près, mon passage correspondait à l'anniversaire des 20 ans du massacre de Tien An Men. Le 4 juin, trois jours plus tard, dans le monde entier, on se rappelait l'événement. Mais pas en Chine, ici les choses sont différentes.

Avant de quitter la France, j'ai promis de ne pas faire de politique, de m'autocensurer dans ce que je pourrais dire ici. C'est pas toujours très simple. Déjà, en France, dans la majorité de nos médias traditionnels, l'information est nulle à chier, on nous bourre sans cesse le crâne d'inutilités. (Encore le coup de l'avion cette semaine, avec les détails heure par heure...) Mais ici, comme on s'en doute, ça rien à voir, des pans entiers de l'histoire sont oubliés ou modifiés. La réalité est tronquée. C'est impressionnant de voir comment l'information peut différer. Je m'en rends compte peu à peu, et c'est toujours difficile d'en discuter avec les gens après.

Voici une photo d'il y a 20 ans, on y voit les étudiants manifestant tranquillement sur la place. Dans ma tête, j'imaginais la place blindée de monde, soit à cause des images de 1989, soit à cause des images des fameux défilés militaires de l'armée chinoise. En réalité, il y a beaucoup de monde, mais vu l'immensité de la place, cela paraît plutôt calme. Dès mon premier soir à Beijing, je suis allé rendre visite à Mao. Avant, j'avais du mal à réaliser que j'étais dans la capitale, mais, en voyant le portrait je me suis retrouvé excité comme un gamin. J'étais à Tien an Men.

manifestationtam

DSCF1581___Copie

Vendredi 29 mai, 19h42, je descends vers le nord pour m'approcher un maximum de la porte. Pas de chance, le jour se couche, les policiers prennent position sur la place pour virer tout le monde. Il y a de tout, policiers en civil, voitures, camionnettes, haut-parleurs. En 15 minutes, c'est fait. Démonstration de l'efficacité chinoise.

DSCF1588___Copie

19h48. 6 minutes plus tard. Une petite photo. Toute la partie nord de la place est déjà vidée.

DSCF1598___Copie

19h54. 6 minutes plus tard. La place est quasi vide. Le gars à droite est un policier en civil, dans leur genre ils sont bien meilleurs en camouflage que les Français. Les lumières s'allument. La nuit sera calme.

DSCF2004___Copie

Tous les accès à la place sont souterrains. Des gentils policiers passent les sacs aux rayons X, et demandent quelquefois à voir l'intérieur. Ils sont omniprésents autour de la place. Avec mon allure de gentil touriste, ils ne m'ont posé aucun problème, ils ne m'ont jamais demandé mon passeport. Mais sur la place, c'est encore pire, il y a plusieurs véhicules et un bus remplis de policiers, moteurs allumés, prêts à intervenir. Ils seront là les trois jours où je vais passer sur la place.

DSCF2009___Copie

Voitures, camionnette, et car pleines de gentils monsieurs.

DSCF2010___Copie

Bien sûr, j'ai pas pu m'empêcher d'essayer de parler de Tien an Men aux étudiants. Sans faire de politique, je leur ai dit que la place était très célèbre en France et je leur ai demandé si ils savaient quelque chose au sujet de l'événement. La plupart étaient étonnés et ne comprenaient pas, certains ont fait une tête un peu bizarre. J'ai vite changé de sujet. Plus tard, deux étudiantes m'ont dit qu'elles n'en n'avaient jamais entendu parler et qu'elles comprenaient pas ce que j'avais voulu dire. Ils ne sont pas au courant, et de toute façon ils ne se préoccupent pas beaucoup du passé. Là, j'ai réalisé l'efficacité de la censure chinoise.